Dieux heros mythologie chinoise

Achat - Vente Dieux heros mythologie chinoise
DIEUX HEROS MYTHOLOGIE CHINOISE
A la découverte du fabuleux panthéon des dieux, déesses et héros légendaires chinois.

D’après le mythe chinois le plus connu, le monde résulterait d’un chaos qui aurait donné naissance aux deux divinités fondatrices du ciel et de la terre.
Selon les sources, l’ancêtre des hommes aurait été Pangu, ou Fuxi et Nuwa, frères et sœurs représentés par des corps de serpents entrelacés.

Afficher à (sur 12 produits)

Afficher à (sur 12 produits)

 

Parmi ce que l’on nomme en Chine les grands ancêtres on peut noter : Shennong, ou Yandi, qui est vénéré au même titre que le dieu de l’agriculture, Huangdi l’empereur jaune qui devint le père de la culture chinoise et auquel on attribut non seulement, l’unification de la Chine mais aussi l’élevage du ver à soie, le tissage de la soie, l’invention de l’écriture, de la musique et de la médecine.
Voir : DECORATION CHINOISE

Il y a aussi les rois mythiques tels que : Yao connu pour sa modestie, Shun Yu le grand, fondateur de la dynastie Xia, et Tang le victorieux fondateur de la dynastie Shang qui marque le commencement des temps historiques.
Tout au long de l’histoire chinoise, les étoiles, les fleuves, les montagnes, le tonnerre ou la pluie, les animaux étranges et les plantes mythologiques furent personnifiés.
Ces dieux, ou esprits, avaient comme les hommes, un caractère, des sentiments, des besoins.
Sous les Tang apparut le culte de personnages qui, ayant réellement vécu, étaient devenus célèbres par leur conduite, ou leurs exploits légendaires.
Après avoir acquis une reconnaissance populaire, ces personnages devaient attendre la canonisation de l’empereur.
Ils étaient alors installés, comme dans le royaume terrestre, selon une hiérarchie et les offrandes qui leur étaient offertes suivaient une étiquette rigoureuse.
A titre d’exemple, Confucius attendra 1910 pour être admis comme divinité de première classe, et Guanyu reconnu comme dieu de la guerre, ne recevra le titre d’empereur que 1800 ans après sa mort.

Chaque religion ou philosophie laissera sa marque dans la religion populaire chinoise.
Le taoïsme qui se consacra à la recherche du bonheur et de l’immortalité, honora aussi bien les esprits, la nature, les morts qu’un certains nombres de saints.
Voir : RELIGION TRADITIONNELLE CHINOISE : TAOISME

Le confucianisme encouragea le culte des ancêtres, celui des héros protecteur de l’état, et des saints patrons de corporations.
Voir : PHILOSOPHIE ET RELIGION CHINOISES : CONFUCIANISME

Le bouddhisme apporta une philosophie très appréciée des lettrés ainsi que l’école de méditation Chan (zen en japonais).
Voir : DIEUX ET RELIGION CHINOISE : BOUDDHISME

Baoshengdadi, dieu chinois guérisseur, appelé aussi l’empereur qui préserve la vie ou le seigneur du grand Tao.
Il semble que Baoshengdadi soit le résultat de la divinisation d'un personnage ayant réellement vécut, nommé Wu Tao.
Il aurait été conçu lorsque sa mère aurait avalé en rêve une tortue.
Wu Tao aurait été un fonctionnaire qui devint alchimiste, puis un grand médecin aux talents exceptionnels, avant de devenir immortel et dieu.
Voir : DECORATION FENG SHUI

Caishen, ou Caisheye, dieu de la richesse, était extrêmement populaire et figurait sur de nombreuses estampes dans les familles chinoises.
Les attributs traditionnels du dieu de la richesse sont l’arbre à sapèques, les lingots d’or et d’argent en forme de cothurne (yuanbao), les coffres remplis de trésors.
Selon les traditions populaires chinoises, le cinquième jour après le Nouvel An Chinois est l'anniversaire du dieu de la Richesse, et toutes les familles chinoises doivent faire un festin la veille au soir pour le féliciter.

Can Nu est la déesse des vers à soie.
Après s’être élevée au ciel, elle revint sur terre sous la forme d’un ver à soie.

Chang E, ou Heng E, était l’épouse du héros Hou Yi-l’archer céleste.
Celui-ci en récompense de ses exploits reçut de la Reine Mère d’Occident (Xiwangmu) la drogue de l’immortalité.
Sa femme en avala la moitié et parvint jusqu’à la lune ou elle demeure depuis sa tentative pour devenir immortelle.
Elle est quelquefois citée sous le nom de déesse de la lune.
Le mythe populaire chinois dit que la lune habite Chang E le quinze de chaque mois du calendrier lunaire lorsque la nuit est belle et claire.

Chenghuang, ou Chenghuangye, dieu protecteur de la ville et des murailles, était imploré pour que la paix règne, que les récoltes soient fructueuses et la peste évitée.
Il existe donc une multitude de Chenghuangyes et ces dieux occupent le niveau le plus élevé de l'ensemble des fonctionnaires territoriaux divins, ils sont au-dessus des dieux du sol, qui sont eux-même supérieurs aux maîtres du terrain qui ne contrôlent que la superficie d'un seul bâtiment.
Dès l’époque Tang, chaque ville possédait un génie protecteur particulier.

Chih-Nii, ou Chih Nu, est la déesse de la filature, des tisseurs et des nuages.
D’une manière générale divinité de l’artisanat et de la pluie.

Chiyou, considéré comme un dieu chinois de la guerre, est un ancien chef de guerre qui devint un personnage mythique dans l’antiquité chinoise.

Chuanggong, seigneur du lit, est une divinité protectrice à qui il convenait de rendre hommage, ainsi qu’à son épouse, à la fin de l’année ou après la fête des lanternes pour favoriser la conception d’enfants et la paix dans le ménage.

Chuang Mu est la déesse des lits et de la chambre à coucher et donc des choses qui peuvent y arriver, notamment le sommeil, le sexe, l'amour et la naissance.
La tradition veut que l’on laisse des offrandes de thé ou de vin pour une bonne nuit de repos.
Voir : COFFRETS SERVICES DE TABLE
Son mari est Chuang Kong, avec qui elle partage une chambre de fonction, et sa fête est au moment du festival des lanternes, qui est probablement un moment propice pour réussir dans la chambre.

Dianmu, mère des éclairs, qu’elle pouvait produire grâce à deux miroirs. Souvent considéré comme l’épouse de Leigong, le dieu du tonnerre.

Erlang (le deuxième dieu en chinois), de son vrai nom Yang Tian, est connu pour chasser les démons grâce au chien céleste (tiangou).
Il faisait partie de la cour de l’empereur de Jade dont il était le premier collaborateur.

Feng Pho-Pho, ou Feng Po Po, est la déesse des vents, de la tempête et de l’humidité.
Elle est représentée en général comme une veille femme ridée qui chevauche un tigre parmi les nuages avec un sac contenant les vents.

He Bo, appelé aussi Se Po, ou Ho Po, est le dieu du fleuve jaune (Huang He).
Le fleuve Jaune provoquant toujours des inondations, He Bo déplaça de lourds rochers sur son dos pour protéger les populations et finit par se jeter à l’eau comme sacrifice suprême.
Pour ses souffrances et son sacrifice, il fut déclaré immortel, puis promut au rang de dieu du fleuve jaune.

Leigong, le dieu du tonnerre, est représenté avec un maillet et des tambours.

Liu, ancien général chinois du 12ème siècle, fut divinisé comme protecteur des récoltes. Il est en général représenté armé d’un sabre et pourfendant des nuées de sauterelles.

Lo Shen, qui est une déesse des rivières.
La légende chinoise de la déesse de la rivière Luo, décrit une histoire d’amour entre Cao Zhi et l’Impératrice Zhen, qui était la femme de son frère.
Après son décès, Cao Zhi fit un songe dans lequel l’impératrice Zhen marchait vers lui sur la Rivière Luo.
L’Impératrice Zhen devient ainsi la déesse de la rivière Luo.

Longwang, est selon la mythologie le roi dragon qui commande à de nombreux dragons frères.
Il est considéré comme un dieu faiseur de pluie, qui faisait pleuvoir en s’élevant au ciel et en marchant sur les nuages.
Voir : DRAGON CHINOIS

Lu Ban, ou Gongshu Ban, saint patron des menuisiers, charpentiers, forgerons et autres potiers grâce au fait qu’il inventa la scie, le rabot, le cadenas et la charrue.
En général chaque corporation possède son propre saint tel que : Cai Lun pour les métiers du papier, Sun Bin pour les chausseurs, Mengtian pour les fabricants de pinceaux, ou même Song Jiang pour les voleurs.

Mazhashen, qui est un dieu des temps anciens et que les gens imploraient dans les campagnes pour se protéger des invasions de sauterelles.
Il est représenté avec une tête et des pattes d’oiseau.

Niuwang, c’est le roi bœuf et l’un des principaux dieux de l’élevage.

Nuwa, déesse créatrice de l’humanité. D'après la légende, alors que la déesse Nüwa se promenait sur la Terre, après la création du monde par Pangu, elle sentit qu'il y manquait quelque chose.
Poussée par son imagination, Nüwa se mit à pétrir de la terre glaise et modela des figurines sur son propre modèle. Afin d’assurer l’évolution de l'humanité, Nuwa apprit aux hommes l'amour et le mariage, ainsi Nuwa est-elle considérée, depuis l'antiquité chinoise, comme la déesse des entremetteuses.
Voir : CALLIGRAPHIES CHINOISES

Pangu, géant de la mythologie chinoise, à l’origine de la création du monde grâce à sa force prodigieuse et dix-huit milles années de labeur.

Qi Gu, ou Chi Ku, est une déesse des toilettes en charge de la protection, de la bénédiction et de la désinfection de toutes les personnes qui utilisent la plus petite pièce de la maison. La légende raconte qu’elle était la maîtresse de Liu Bang, le premier empereur de la dynastie Han.
Voir : OBJETS PORTE BONHEUR FENG SHUI

Qin Shubao, ou Qinqiong, et Hu Jingde, ou Jingde, sont les protecteurs des issues, ils ont remplacé les dieux anciens des portes Shen Tu et Yulei.
Représenté l’un avec le visage blanc et l’autre avec le visage rouge, on appose en général des images de ces guerriers sur les battants des portes extérieures. Munis d’une hallebarde et d’une épée, porteurs de longues barbes, ils servent à effrayer les mauvais esprits.
Voir : DECORATION JARDIN ZEN

Sanxing est le nom des trois divinités appelées les trois étoiles (ou trois bonheurs) qui sont représentées sous la forme d’une triade :
- Fuxing (ou Fuk) le dieu du bonheur.
- Luxing (ou Luk) le dieu de la richesse et des honneurs.
- Shouxing (ou Sau) le dieu de la longévité, reconnaissable à ces attributs de l’immortalité : chauve-souris, champignon lingzhi, cerf, bâton, gourde, pin et pêche.
Voir : LES 3 SAGES ET DIEUX CHINOIS

Saoqingniang, appelé aussi la dame qui balaye le ciel, est une divinité ancienne plutôt invoquée par les femmes et qui avait pour fonction de chasser les nuages ou d’apporter la pluie.

Shennong, dieu chinois de l’agriculture, est considéré comme le premier pharmacien de l’histoire de la Chine.
Voir : OBJETS ET TRADITION CHINOISE
Ne pouvant supporter de voir les gens malades, Shennong a testé toutes les plantes, herbes, fruits ou racines pour connaître leurs propriétés et leurs vertus.
Malgré de nombreuses intoxications et empoisonnements, il persévéra, et la légende veut qu’il put ensuite écrire une véritable pharmacopée.
Il est aussi le créateur du premier outil agricole : la charrue.
Voir : SERVICES A THE, L'ART DU THE

Sun Simiao, qui était à l’origine un paysan du 6ème siècle qui passa sa vie à récolter les plantes et les simples pour préparer des médicaments et soigner les hommes, fut élevé au rang d’immortel et obtint le titre de roi de la médecine.

Taiyue Dadi, appelé aussi empereur du pic de l’est, est le dieu du Taishan qui est l’une des cinq montagnes sacrées de Chine.
Il est le régent de l’empereur de jade et préside à la tenue des registres des naissances et des morts. Sa fille, la dame du Taishan, est une des nombreuses protectrices des femmes et des enfants.

Tudigong, appelé aussi seigneur du sol, est le dieu chinois du sol.
C’est un dieu, à l'influence locale, qui veille au bien-être des habitants du lieu, on le prie donc dans toutes les occasions importantes de la vie : mariages, naissances, nouvel an ou autres. Certains commerçants, ou chefs d’entreprises le place dans leur boutique ou leur bureau.
Il est en général représenté comme un vieillard barbu avec les joues roses, revêtu d’un habit de fonctionnaire de grade inférieur, et parfois accompagné de son épouse, la vieille dame du sol, nommée Tudipo.
Voir : OBJETS DE DECORATION DU BUREAU

Wenchang, appelé aussi Wenchangdijun, ou dieu des lettrés, est le dieu de la littérature, et on l’implore pour obtenir la réussite aux examens.
Ce dieu chinois a le pouvoir de favoriser la réussite des candidats lors de tests ou d’examens. Il est représenté en tenue de mandarin tenant un sceptre.
Voir : BIJOUX PORTE-BONHEUR

Xiwangmu, appelée aussi la reine mère d’occident, est un personnage mythique décrit dans le classique des montagnes et des mers.
Elle règne sur les monts Kunlun qui sont la résidence des immortels.
C’est dans ce jardin que poussent les pêches de l’immortalité dont se nourrissent les immortels.
Représentée avec une coiffe à aigrette et entourée de paons ou d’oiseaux bleus, c’est aussi la protectrice des épidémies et une divinité de la longévité.

Yen Lo Wang, appelé aussi Bao Yan Luo, est un dieu de la mort et le gouverneur de la Cinquième Cour du Feng Du, l’enfer chinois.
Il était à l'origine le roi de la première cour de l'enfer, mais il fut accusé d'indulgence excessive. L’empereur de Jade, en charge du jugement, l’assigna donc à la cinquième cour des enfers.

Yuexialaoren, appelé aussi le vieillard sous la lune, est le personnage dans la mythologie chinoise qui est chargé de déterminer les mariages. Il fabrique des effigies des futurs époux, qu'il relie ensuite par un fil de soie rouge.
Il est représenté par un vieillard à barbe blanche, qui tient dans la main gauche le registre des mariages et dans la droite une canne.
Le rouge est la couleur des noces, et déjà sous la dynastie Tang, la coutume était de faire tenir, lors du mariage, l'extrémité d'un fil rouge par chacun des futurs époux.

Zaojun, appelé aussi Zaoshen ou Zaowangye, est le dieu du foyer. Le rôle de ce dieu est de faire un rapport sur le comportement de la famille auprès de l’empereur de Jade.
Son image était en général imprimée sur une estampe qui était placée au dessus du fourneau, et des offrandes lui étaient faites tout au long de l’année.
Son effigie était ensuite brûlée et remplacée par une nouvelle image lors du nouvel an chinois.
Voir : NOUVEL AN CHINOIS

Zhang, ou Zhangxian, appelé aussi l’immortel Zhang est la divinité à laquelle on s’adresse pour avoir des garçons.
Il est représenté sous la forme d’un guerrier qui tire des flèches vers le ciel, en direction du chien céleste Tiangou qui cherche à dévorer les enfants.

Zhong Kui, appelé le chasseur de diables, figure sur de nombreuses estampes sous la forme d’un terrifiant guerrier revêtu d’une robe rouge de lettré et portant une seule botte. D’après la légende, il s’agit de l’âme d’un étudiant reçu aux examens impériaux mais auquel le titre fut cependant refusé.
Zhong kui se suicida, mais fut récompensé par les dieux qui le désignèrent comme pourfendeur de démons.
Il fut immortalisé par de nombreux artistes comme un véritable dieu protecteur contre les mauvais esprits.
Voir : BIJOUX EN JADE AVEC CERTIFICAT

Zhuling, dieu des porcheries, il fait parmi des principaux dieux de l’élevage qui sont nombreux dans le monde paysan.

Catégories

Articles par matière

Panier  

Vide

Recherche rapide

04 42 02 77 59

Paiement et livraison

Promotions

Témoignages clients

  • TASSE KOKESHI JAPONAISE Belle tasse, bonne qualité, très beau cadeau qui fera plaisir :)

PayPal